Détroit ville sauvage: apocalypse urbaine

Des immeubles en ruine, des fenêtres fracassées, des voitures abandonnées, des toits effondrés et des rues désertes. Un vrai décor d’apocalypse ou un paysage d’après-guerre. Mais non, nous ne sommes pas à Sarajevo ou à Beyrouth, mais aux États-Unis et plus précisément à Détroit. La ville du Michigan semble comme vidée de ses habitants. Sous l’objectif du réalisateur français, Florent Tillon, ce sont seulement quelques fantômes qui déambulent entre les gratte ciels. Une gardienne de parking endormie, un pianiste dans un vieux café, un employé qui attrape les chiens errants ou encore un sans abri qui traîne son caddy. Toute l’âme de Détroit s’est évaporée. En l’espace de cinquante ans, la ville a perdu plus d’un million d’habitants.

Sans tomber dans le misérabilisme et en donnant la parole à ceux qui peuplent encore ses rues, Détroit ville sauvage, présenté en avant-première au Rencontres Internationales du Documentaire de Montréal, retrace la grandeur et la décadence de ce pilier de l’industrie automobile. Du succès de Henry Ford, à la croissance de General Motors, jusqu’aux grèves des années 60 et aux fermetures des années 70, Motor City est passé en quelques décennies de la richesse à la pauvreté.

Les usines qui tournaient à plein régime ne sont plus que de grandes friches habitées par des souvenirs. Là, où les ouvriers se tuaient à la tâche, ce sont désormais les rongeurs et les oiseaux qui règnent en maître. Détroit ville sauvage est plus qu’un simple portrait urbain, c’est aussi une réflexion sur la nature qui reprend ses droits. Les machines ne sont plus mais l’herbe et les arbres ont reconquis l’espace. Même les hommes semblent abandonner le matérialisme et revenir à l’essentiel. Cultiver un petit lopin de terre, partager des légumes, participer à un pique-nique communautaire, les habitants résistent et inventent un nouveau style de vie. De nombreux documentaires se sont déjà intéressés à la chute de la capitale de l’automobile, mais Détroit ville sauvage nous propose un regard différent. Un regard réaliste mais chargé d’espoir. De ses cendres industrielles, la ville renaît à sa manière.

About these ads

À propos de Stéphanie Trouillard

Globe-trotteuse, journaliste, photographe et amoureuse du monde, je mène ma vie à la manière d'Henri Cartier-Bresson. Il n'a pas voyagé, il a juste vécu à l'étranger sans se demander quand il rentrerait. Après un an à Stockholm en Suède, puis deux ans à Tanger au Maroc, mes pas me guident aujourd'hui vers le Québec et Montréal. En photos ou en quelques mots, voici mes impressions et mon regard sur cette ville.
Cette entrée, publiée dans Cinéma, Montréal, est taguée , , . Bookmarquez ce permalien.

6 réponses à Détroit ville sauvage: apocalypse urbaine

  1. Pingback: Tweets that mention Détroit ville sauvage: apocalypse urbain | Canada Eye -- Topsy.com

  2. manniez dit :

    bonjour j’aimerais vrai voir ce documentaire (detroit ville sauvage) pas moyen de le voir que ce sois sur internet ou en dvd si quelqu’un peus m’aider je vous remerci d’avance

  3. Florent TILLON dit :

    Hi Folks ! The VOD of DETROIT WILD CITY is available here NOW :
    touscoprod.com/root_view/one_vod?id=210
    BUT it’s not the official releasing… It’s a contribution for my next project LAS VEGAS MEDITATION. Feel free to contribute or to wait for the official VOD later with the normal price…

    BESIDE, you can make donations for my next project LAS VEGAS MEDITATION :
    babeldoor.com/las-vegas-meditation
    touscoprod.com/project/produce?id=173

    BEST

    Florent Tillon – réalisateur du film

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s