Festival Osheaga : Jour 1 The Knux – Broken Social Scene – Joseph Arthur

Le festival Osheaga est tout jeune mais il a déjà commencé à se faire un nom. Créé en 2006, il est devenu la référence d’été pour la musique rock à Montréal. Son nom vient du dialecte Mohawk. Jacques Cartier aurait entendu ce mot lorsqu’il a fait la rencontre de cette tribu amérindienne sur le territoire qui allait devenir Montréal. Les Français agitaient leurs mains rapidement pour s’exprimer, des gestes que les autochtones n’avaient pas l’habitude de voir. Osheaga désigne ainsi « les gens aux mains très agités ». De nos jours, ce sont les artistes, qui défilent sur les différentes scènes, qui font des mouvements incontrôlables.

En cette ouverture de l’édition 2011, The Knux ont eu la lourde tâche d’animer les festivaliers. Mais avec leur hip-hop teinté de rock et d’électro, Kentrell «Krispy» Lindsey et Alvin «Joey» Lindsey, ont réussi leur mission avec brio. Malgré une sonorisation encore en rodage, ces deux frères de la Nouvelle-Orléans, installés à Los Angeles depuis l’ouragan Katrina, ont fait bouger les spectateurs sur des tubes explosifs. Tandis qu’Alvin se concentre sur sa guitare, Kentrell au micro s’égosille d’un bout à l’autre de la scène et saute même dans la foule. À mi-chemin entre De La Soul et Outkast, les rappeurs frangins sont promis à une brillant avenir.

Mais en ce début d’après-midi nuageux, les festivaliers montréalais sont surtout venus admirer leurs voisins de Toronto. En plus de dix ans d’existence, les Broken Social Scene sont devenus l’un des groupes majeurs du mouvement indie-rock canadien. Ce collectif aléatoire, qui compte parfois une dizaine de membres dont Feist et Metric, produit un rock expérimental aux accents mélancoliques. Emmenés par le chanteur principal Kevin Drew, les différents musiciens passent sans complexe d’un instrument à l’autre. Un bordel organisé des plus percutants.

Alors que pour ce premier jour de l’édition 2011, la plupart des spectateurs ont acheté leur billet pour assister à la prestation d’Eminem, j’ai de mon côté rendez-vous avec une vieille connaissance. Il y a 10 ans, rêvant de devenir un jour journaliste, je faisais mes premières armes en rencontrant des groupes de rock de passage à Nantes. Joseph Arthur fut l’un de mes baptêmes de l’interview. Toute intimidée de faire connaissance avec l’un de mes songwriters préférés, j’avais demandé d’une voix gênée à cette artiste aux multiples facettes de me faire un dessin personnalisé.

Une décennie plus tard, le New Yorkais n’a pas pris une ride et pas lâché sa guitare ni son pinceau. C’est en réalisant une toile sur scène qu’il débute son concert au festival Osheaga. En solo, l’artiste aux multiples facettes distille son pop/rock mélodique devant une petite foule. Secondé seulement par sa boîte à pédales, l’homme orchestre donne l’illusion d’avoir tout un groupe derrière lui. Encore malheureusement trop sous-estimé, Joseph Arthur est pourtant l’un des chanteurs les plus envoûtants de sa génération. Dix ans plus tard, la magie opère toujours. Je suis retombée sous le charme.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A propos Stéphanie Trouillard

Globe-trotteuse, journaliste, photographe et amoureuse du monde, je mène ma vie à la manière d'Henri Cartier-Bresson. Il n'a pas voyagé, il a juste vécu à l'étranger sans se demander quand il rentrerait. Après un an à Stockholm en Suède, puis deux ans à Tanger au Maroc, mes pas me guident aujourd'hui vers le Québec et Montréal. En photos ou en quelques mots, voici mes impressions et mon regard sur cette ville.
Cet article, publié dans Montréal, Musique, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s